POITEVIN, Eric

1961

Éric Poitevin est une des figures les plus importantes de la photographie contemporaine française. Son travail, à travers une revisitation des grands genres de la peinture classique (nu, portrait, nature morte, paysage, vanité), développe une réflexion photographique autour de la nature et du corps. Son œuvre a été notamment exposée au FRAC Auvergne, à la Villa Médicis à Rome, au Musée Bonnat de Bayonne ainsi qu’au Mamco de Genève.



" Je suis né à Longuyon (Meurthe et Moselle) en 1961

Après des années de collège « en famille », suivirent des années de Lycée déprimées à Longwy-Haut

Je suis entré à l’école des Beaux-arts de Metz en 1980, sans le baccalauréat . J’en suis sorti diplômé et félicité en 1985.

J’ai été un pensionnaire heureux à la villa Médicis, à Rome, d’octobre 1989 à octobre 1990. Chance que je savoure encore aujourd’hui.

Ma première exposition en galerie remonte à 1991. C’était chez Jean-François Dumont à Bordeaux.

Première résidence inoubliable à Santa Severa, sur le cap corse, en 1992.

Invité par Jean-Pierre Greff, j’ai enseigné pour la première fois à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg de 1996 à 2000, puis à l’école des Beaux-arts de Nancy , de 2000 à 2008, invité cette fois par Christian Debize.
J’enseigne actuellement à L’école des Beaux-arts de Paris où j’ai la lourde responsabilité d’un atelier.

J’ai été « artiste-invité » en 2002, à l’école du Fresnoy et nominé, cette même année, pour le prix Marcel Duchamp.

Une bourse de Culture France m’a été accordée pour résider six mois à New-York en 2006.
Ce grand moment de solitude a eu pour principaux effets, de revaloriser l’Europe et Paris dont l’offre culturelle n’a, je pense, pas d’équivalent, mais aussi le Blues, qui est à mes oreilles ce que le daguerréotype est à mes yeux.

Le ministère de la culture m’a décerné le grand prix national des arts plastiques en 1990. Ce prix, doté d’une somme d’argent importante , m’a permis de rembourser le prêt accordé par mon père quelques mois plus tôt.

J’ai réalisé bon nombre d ‘expositions dites personnelles dont certaines ont été capitales. Avec Gilberto Zorio en 1995 chez Pascale et Pietro Sparta à Chagny , ou encore «  Au Plateau », à Paris, en 2004, invitation faite par Eric Corne.

J’ai également fait des expositions regrettables, dans des lieux et avec des professionnels de la profession sinistres. Je n’en ferai pas la liste ici. Dommage."

Éric Poitevin

<
>
chargement...
chargement...