Vincent Barré « Couronne » et « VI en I » à Chaumont-sur-Loire

11/04/2014 - 02/11/2014

Les œuvres présentées par Vincent Barré à Chaumont-sur-Loire ont partie liée avec le rapport que l’artiste entretient avec l’idée de Nature. La métaphore de l’arbre, avec ses anneaux de croissance, sa peau, sa stature, s’est imposée dès 2003 dans ses premières sculptures dressées pour le monument aux fusillés de la Nivelle à Amilly (Loiret) : corps de l’arbre, corps de l’homme, colonnes concentriques taillées du même bloc de polystyrène pour être ensuite fondues en fer, associées aux âges des résistants, colonnes tronquées, interrompues. Ce glissement de la forme vivante, imaginée à la forme matérielle n’a cessé depuis, tant dans les sculptures “debout” que “couchées”, jusqu’à l’apparition effective vers 2010 du bois dans ses assemblages : “Compagnons” tronc de poirier dressé aux côtés d’une colonne d’aluminium, comme deux torses archaïques, puis “Coupe” : deux fortes colonnes jumelles où alternent bois et métal. Très récemment, avec le retour des petites sculptures en bronze à la cire directe, l’inclusion de segments de branches de frêne dans les cires l’a ramené au domaine de l’entrelacs, de l’arabesque, de la forme ouverte, conservant malgré la littéralité du matériau, un souci d’abstraction, non de naturalisme.

“La rencontre, non loin de Chaumont-sur-Loire de la Pietà de Nouans-les-Fontaines par Jean Fouquet, l’un des plus beaux tableaux de la Renaissance, m’a ramené à cette rêverie sur les choses intemporelles : La majesté des grandes masses colorées de vêtements qui structurent le large panneau de bois, le jeu des visages impassibles, intériorisés, la composition serrée autour d’une forme brisée, la chasteté d’un nu… Et dans l’angle inférieur gauche, à ras de terre comme les trois clous, une couronne de solides branches torsadées. Les émotions vécues devant cette peinture, m’ont inspiré à vouloir leur donner corps dans la sculpture, pour une présentation de deux œuvres dans le domaine bien contemporain de Chaumont”.

« Couronne »
Dans la cour des écuries, au centre de l’auvent, en écho à cette couronne de la Renaissance conçue par Jean Fouquet, l’artiste offre au regard un grand objet de bois et de cire tressés, fondu en bronze. Une forme à hauteur d’yeux dont on ne perçoit d’abord qu’une ligne, avant de s’approcher et de découvrir son caractère d’anneau : il s’agit d’une couronne.

« VI en I »
Dans le Parc Historique, sur le bord du coteau Vincent Barré a déposé une sculpture en fonte de fer de 6 éléments, permettant de voir le paysage en transparence, toujours changeant, toujours morcelé et cadré par les anneaux lorsqu’on se déplace ou se repose entre les blocs.

chargement...
chargement...