Nature

Bertrand Gadenne, Ariane Michel
du 3 décembre 2021
au 6 mars 2022
Galerie de Rohan

Depuis les années 1980, des scientifiques comme Rachel et Stephen Kaplan, professeurs de psychologie environnementale à l’université du Michigan (États-Unis) démontrent les
effets restaurateurs du contact avec les
environnements et éléments naturels – parcs, forêts, jardins, lacs, mais aussi des arbres ou plantes d’intérieurs. Plus particulièrement, ils mettent en avant la « restauration attentionnelle » – une fonction essentielle d’apprentissage intellectuel essentielle. Les stress du quotidien, la fatigue, etc., diminuent notre attention et les conséquences sont
importantes puisqu’elles s’accompagnent de la baisse des performances et d’une difficulté à résoudre des problèmes, à inhiber les
pulsions, etc.
La contemplation de la nature permet à l’esprit de prendre du repos. Selon Kaplan, cette restauration est permise par le processus de fascination douce qui favorise la réflexion et permet de soutenir l’attention sans effort : regarder la neige tomber, les arbres, écouter le chant des oiseaux, sentir des plantes, se sentir connecté au vivant qui nous entoure…