Marine Pagès

Marine Pagès

Française, née en 1976

Ligne et équilibre portent le travail de Marine Pagès. L’une et l’autre jouent de la profondeur du papier comme le soleil joue de la profondeur de l’épiderme : un espace propre aux insolations que zèbrent la lumière et les ombres portées. 

L’histoire du dessin chez Marine Pagès est celle d’un faux trompe-l’œil. Quelque chose est en marche, on croit déceler une mécanique, mais celle-ci est à l’arrêt, en suspens. L’artiste compose ses dessins comme l’on monte un échafaudage, à la différence que ceux-ci ne sont jamais les mêmes et que l’architecture à laquelle ils s’accrochent est invisible. Le dessin ne fait que la suggérer, émettre son hypothèse, elle n’apparaît qu’à la manière d’une utopie, mais une utopie sans forme ni contour, une utopie à rebours d’elle-même, qui s’efface derrière la structure éphémère, finalement reste seule, tangible dans l’espace de la feuille de dessin. 

Si le dessin ne fait pas édifice, il se doit tout de même de tenir — ce qui s’avère parfois impossible. Reste cependant la recherche de la légèreté — cet inachevable travail de l’esprit qui remplit la feuille blanche du départ. Ainsi, pour celui qui l’observe, ce travail est tout à la fois fait d’équilibres, de soupçons et de certitudes, de souffles retenus et de grands précipices adossés à des murs de crépi brûlés par le soleil. Cela joue à peu de chose, le dessin se doit tenir à partir des quatre bords de la feuille. L’espace du quadrilatère étant le cadre où se réalise le travail d’agencement, il faut trouver l’espace, la profondeur rampante pour y construire le dessin. C’est à cet effet que l’artiste imprègne de couleurs ses papiers blancs. Lavis, jus d’encre, jus de café… crayons de couleur, le travail du fond donne un corps long et fluide au support où elle conçoit ses structures. Dans cette esthétique très marquée par l’architecture, la couleur donne au dessin une épaisseur. Ce petit détail qui permet de le prendre dans ses mains, qui le rend pleinement matériel.

Œuvres

Les Intermédiaires – Gouaches
Les Intermédiaires – Gouaches
2020, Marine Pagès, Sans titre, 2020, gouache et lavis sur papier, 60 x 80 cm , 60 ✕ 80 cm
Sans titre 18 (Intermédiaires d’été)
Sans titre 18 (Intermédiaires d’été)
2019, Crayon, graphite aquarellable et lavis sur papier , 29,7 ✕ 21 cm
Sans titre 14 (Intermédiaires d’été)
Sans titre 14 (Intermédiaires d’été)
2019, Crayon, graphite aquarellable et lavis sur papier , 29,7 ✕ 21 cm
Sans titre 28
Sans titre 28
2020, Marine Pagès, Sans titre, 2020, gouache et lavis sur papier, 60 x 80 cm , 60 ✕ 80 cm
Les Intermédiaires Couples 04
Les Intermédiaires Couples 04
2020, Crayon, graphite aquarellable et lavis sur papier, 32 ✕ 44 cm
Les intermédiaires – Couples
Les intermédiaires – Couples
2020, Crayon, graphite aquarellable et lavis sur papier, 32 ✕ 44 cm
Les Intermédiaires-Debout
Les Intermédiaires-Debout
2021, Gouache et encre sur papier, 170 ✕ 130 cm
Les Intermédiaires – Repentir
Les Intermédiaires – Repentir
2020, Crayons de couleur et encre sur papier, 29,7 ✕ 21 cm
Les Intermédiaires – I (13)
Les Intermédiaires – I (13)
2019, Crayon et graphite aquarellable sur papier, 30 ✕ 23 cm
Les Intermédiaires – I (24)
Les Intermédiaires – I (24)
2019, Crayon et graphite aquarellable sur papier, 30 ✕ 23 cm
Les Formes molles 3
Les Formes molles 3
2021, Encre sur papiers découpés, dimensions variables
Les Formes molles 2
Les Formes molles 2
2021, Encre sur papiers découpés, dimensions variables
Bof
Bof
2020, Crayons de couleur et encre sur papier, 20 ✕ 15 cm
Argh
Argh
2020, Crayons de couleur et encre sur papier, 20 ✕ 15 cm
Pfff
Pfff
2020, Crayons de couleur et encre sur papier, 20 ✕ 15 cm

Revue de presse

8 dessins qui nous font tourner la tête à Drawing Now
Beaux Arts Magazine9 juin 20218 dessins qui nous font tourner la tête à Drawing Now

Le plus dépouillé
Ce qui se joue ici n’est en rien démonstratif. C’est un peu comme un monologue au théâtre : une voix, sans costume, sans décor. Et pourtant, quel effet ! Marine Pagès (née en 1976) est coutumière du fait : sur fond uni, ses compositions de barres liées entre elles, sans utilité avérée, déroutent autant qu’elles séduisent le regard. Cette réflexion radicale sur l’espace jouit également du très beau contraste entre les lignes bien définies et un fond mouillé à l’aquarelle changeante… Hypnotisant.

Questions à Marine Pagès
L’Œil12 mai 2021Questions à Marine Pagès

Si l’engouement pour le dessin contemporain a mis en lumière une veine figurative, voire hyperréaliste, il ne faut pas oublier la vitalité
du dessin « abstrait », comme on peut le vérifier dans les allées de Drawing Now.